UNE FILLETTE SOURDE PRIE EN LANGUE DES SIGNES

Les enfants sourds sont souvent exclus de la société et même de leur propre famille, car dans la plupart des cas, les parents ainsi que les frères et sœurs ne parlent pas la langue des signes. Cela signifie que les enfants sourds sont exclus de toute communication à la maison. Ils voient certes les expressions de leurs proches, mais doivent souvent deviner pourquoi, par exemple, la mère pleure ou le père a l’air en colère. Ces enfants sont constamment « surpris », car ils ne sont pas forcément au courant, par exemple, que la famille va faire une excursion ou que quelqu’un vient leur rendre visite. L’isolement et la solitude font donc partie de leur vie. 

La sensibilisation des parents ainsi que l’éducation dès la petite enfance sont importantes pour parvenir à l’inclusion de l’enfant sourd dans la famille. C’est pourquoi, en Bolivie, nous nous sommes concentrés d’une part sur la formation à la langue des signes pour les enfants, mais nous avons également investi du temps dans l’environnement des enfants, afin qu’ils y trouvent également leur place et puissent communiquer avec leurs proches. 

Je me souviens particulièrement bien d’une famille croyante dont la fille sourde s’appelait Alva (le nom a été changé). Lors de ma première visite, il y a quelques années, Alva avait environ trois ans. Lorsque nous étions assis ensemble à table, tout le monde joignait les mains et fermait les yeux. Alva aussi. Mais elle ne cessait de cligner des yeux pour voir si le rituel était terminé, car pour elle, c’était tout ce que c’était. Elle ne comprenait pas ce que la famille faisait, que les parents priaient Dieu et le remerciaient pour le repas. Ce midi-là, j’ai montré aux parents les gestes pour « Dieu », « nourriture » et « merci ». Depuis, la famille prie ensemble avec Alva, en langue des signes et les yeux ouverts. 

Ostern_2020_Gissel_gehoerlos_web.jpg
Ostern_2020_Gissel_gehoerlos_web.jpg
Ostern_2020_Gissel_gehoerlos_web.jpg

Entre-temps, les parents d’Alva ont suivi de nombreux cours et dans la famille élargie aussi, beaucoup parlent plus ou moins bien la langue des signes. La fillette fait désormais pleinement partie de la famille, elle se fait comprendre et a son mot à dire. Cette année, Alva passe son certificat de fin d’études et souhaite ensuite suivre une formation d’enseignante. Entre-temps, elle aide elle-même dans les camps pour enfants sourds et transmet son expérience à d’autres enfants sourds. 

L'AMOUR DE DIEU POUR LES PERSONNES SOURDES
Les personnes sourdes sont pour moi des personnes « tout à fait normales », car lorsque je suis avec elles, je n’ai pas de barrière de communication et j’oublie donc souvent leur « handicap ». Le fait que je puisse leur faire découvrir l’amour de Dieu est sans doute ce qu’il y a de plus beau ! Voir qu’ils ont une relation avec Jésus est bouleversant. 

L'ANNONCE DE L'EVANGILE DANS PLUS DE 30 LANGUES 

Avec des collaborateurs et collaboratrices comme Carol, nous nous engageons dans le monde entier pour la proclamation de l’Évangile dans plus de 30 langues – également en langue des signes. Vous aussi, soutenez la SMG par une contribution financière. Ensemble, nous libérons des collaborateurs pour leur engagement et rendons la mission possible dans le monde entier.

Stories

une fillette sourde

UNE FILLETTE SOURDE PRIE EN LANGUE DES SIGNES

Les enfants sourds sont souvent exclus de la société et même de leur propre famille, car dans la plupart des cas, les parents ainsi que les frères et sœurs ne parlent pas la langue des signes. ...
Enfants à Manille

LES ENFANTS DU BIDONVILLE DE MANILLE APPRENNENT À LIRE

Attention, fiabilité, approbation, encouragements, relations personnelles : de nombreux enfants des bidonvilles de Manille ne reçoivent que rarement ce genre d’affection...  
tremblement de terre

AU CŒUR DE LA CRISE EN HAÏTI

Ils travaillent pour les gens de Cité Soleil dans les Caraïbes. Ce qui sonne comme un lieu de vacances est en réalité l'immense bidonville de Port-au-Prince...