KARMA : DE LA PEUR CONSTANTE D’ÊTRE PUNI

Venez faire un voyage dans une culture pleine de religions, d’esprits, de démons et de rituels. Une culture du sourire, où pourtant personne n’est vraiment heureux. Sandra et Stephan Hunziker vivent depuis plus de cinq ans en Asie du Sud-Est et dressent un portrait saisissant de la population de leur pays d’engagement. 

Südostasien Karte FR

Pour diverses raisons, nous renonçons à communiquer notre emplacement exact. C’est pourquoi nous écrivons simplement ici
« notre village » en Asie du Sud-Est. C’est un bel endroit et nous nous y sommes rapidement adaptés. Les gens sont également très sympathiques et passent beaucoup de temps à l’extérieur de la maison, ce qui nous permet de nous voir et de parler ensemble. Quand nous nous promenons dans notre village, nous remarquons que chaque maison possède aussi une petite maison des esprits. Ces petites maisons sont construites pour les esprits qui possèdent ces terres. Les gens leur font des offrandes et demandent leur aide – sinon, selon une superstition répandue parmi les locaux, le malheur s’abat sur eux. 

 

Hunziker_Einheimische_q_Web.jpg
Hunziker_Einheimische_q_Web.jpg
Hunziker_Einheimische_q_Web.jpg

VISITE QUOTIDIENNE DES MOINES  
Dans notre région il y a quatre temples et de nombreux moines qui se promènent dans les rues le matin. Ils marchent pieds nus, ne montrent pas d’émotions, ne regardent ni à gauche ni à droite. Ils doivent agir ainsi, ce sont les règles. Les villageois leur donnent de la nourriture dans un grand bol, puis les gens « normaux » s’agenouillent et les moines prient pour eux. C’est une prière monotone, dans une langue « sacrée » que les habitants ne comprennent pas. 

LA PEUR DU KARMA  
Souvent, nous restons là à observer cette scène. Nous sommes impressionnés par ces personnes qui vivent leur religion avec tant de dévotion, publiquement, humblement, fidèlement – mais aussi absolument sans émotion. Un jour, je demande à une femme âgée ce qu’elle attend de tous ces rituels. Elle me répond : « De l’argent, de l’or et que je ne souffre pas ». Cette femme est une magicienne connue ici au village, elle vend des porte-bonheurs et autres amulettes. Elle est très religieuse, mais quelque chose l’effraie. Quelque chose la retient prisonnière, comme si elle était enserrée par les tentacules d’une pieuvre géante. C’est la peur de la souffrance. Car elle pense qu’un jour ou l’autre, le karma la frappera et elle devra payer pour le mal qu’elle a fait. C’est pourquoi elle essaie de faire le plus de bien possible dans l’espoir de souffrir moins à l’avenir. 

LA TENTATIVE DE SE SAUVER SOI-MÊME  
La peur de faire quelque chose de mal et d’être puni pour cela paralyse les gens. C’est pourquoi tout est si dénué d’émotions ici. La vieille magicienne s’en veut d’avoir été abusée par son ancien mari. Elle est convaincue d’avoir mérité d’être punie de la sorte. Lorsque la peur de la souffrance t’accapare à ce point, tu finis par te livrer à toutes sortes de rituels et d’addictions pour pouvoir la conjurer d’une manière ou d’une autre. Les gens ici sont
centrés sur eux-mêmes et essaient de se sauver eux-mêmes. Vers l’extérieur, ils font de bonnes œuvres, juste pour avoir l’air un peu bien. Ils espèrent que leur propre karma s’améliorera, mais restent prisonniers de l’incertitude. Car ils ne savent pas quand le karma frappera à nouveau et les punira. 

 

iStock-1140067396_h_Web.jpg
iStock-1140067396_h_Web.jpg

LE VÉRITABLE PROBLEME  
Le plus gros problème de la magicienne n’est pas la souffrance qui pourrait l’atteindre, ni même ce qu’elle a fait par le passé. Le véritable problème est qu’elle est séparée de Dieu et prisonnière de la domination par les rituels et les addictions. Récemment, cette femme est tombée malade et est morte. Personne ne lui a parlé de Dieu. Elle n’a pas eu la chance de réaliser que Dieu aurait aimé la libérer de ses peurs. Car en Jésus-Christ, la rédemption est prête pour tous les hommes. Il est le chemin, la vérité et la vie ! 

TEMPS MAXIMUM 
Après la mort de la magicienne, son fils a repris le commerce des porte-bonheurs et des amulettes. Rien n’a changé, les moines vont et viennent chaque matin, mais la peur demeure parmi les habitants. Il est grand temps que l’Évangile rédempteur soit proclamé dans notre village. Veuillez prier avec nous pour que Dieu ouvre les cœurs des habitants d’ici et qu’ils puissent reconnaître Jésus comme leur Sauveur. 

Hunziker Box FR

ENSEMBLE AVEC VOUS, NOUS RENDONS LA MISSION POSSIBLE 

La SMG est une organisation chrétienne de mission et d’aide humanitaire qui compte plus de 200 employés dans le monde. En faisant un don à SMG, vous contribuez à ce que des histoires comme celle-ci deviennent réalité. 

Témoignages les plus récents

5 marks of mission

LES 5 FACETTES DE LA MISSION

Pour rendre la mission possible, il est essentiel d’avoir une compréhension commune de la mission. L’initiative « L'avenir de la mission » invite à l'engagement sur un chemin spirituel ...
Freundeskreis

L'histoire de la SMG

La fin de la Seconde Guerre mondiale a marqué une période de renouveau. Ce sont de « jeunes sauvages », principalement américains, qui se sont réunis à Beatenberg du 15 au 22 août 1948. Ils ...
Aeschlimann

75 ANS POUR LA MISSION MONDIALE

En 1948, de jeunes chrétiens se sont réunis pour la conférence Youth for Christ pour l'évangélisation mondiale. C'était le point de départ d'un mouvement qui a durablement marqué le visage du ...