ENTRETIEN : UNE SAGE-FEMME PARMI LES FEMMES MUSULMANES

  

Sandra, 35 ans, travaille depuis plus de cinq ans comme sage-femme dans un pays islamique d'Asie du Sud. Dans cet entretien, la collaboratrice de la SMG raconte son cheminement et comment elle vit son travail avec les patientes locales. Pour protéger son identité, nous avons changé son nom et nous abstenons de nommer précisément son pays d'affectation.  

Karte Südasien FR

Sandra, te souviens-tu du premier enfant que tu as aidé à voir le jour en tant que sage-femme ? 
Non, mais je me souviens encore de la première naissance que j'ai observée pendant ma formation à Berne : ce n’était pas beau. Elle s'est déroulée lentement et s'est terminée par un accouchement par aspiration. 

Tu es née dans une famille missionnaire. Comment et où as-tu grandi ? 
Comme fille d'un Allemand et d'une Suissesse, j'ai grandi avec cinq frères et sœurs dans une famille de missionnaires en Afrique. Mes parents se sont rencontrés à DIGUNA, une organisation partenaire de la SMG qui diffuse la Bonne Nouvelle en Afrique. Nous avons d'abord vécu au Congo pendant douze ans, puis au Kenya pendant six ans. J'ai eu une enfance très agréable en Afrique et j'aime repenser à cette époque. Quand j'avais 19 ans, nous sommes rentrés en Suisse. 

Qu'est-ce qui t’a incitée à partir toi aussi en mission ?
J'ai eu une expérience-clé quand j'avais douze ans : Dans un internat chrétien au Congo, une camarade de classe musulmane des Émirats arabes s'est convertie ! Peu après, elle a été retirée de l'école et mariée à l'âge de 16 ans. Quelques années plus tard, je l'ai rencontrée à nouveau et j'ai été impressionné par la force de sa foi chrétienne ! Ce premier contact avec une personne musulmane qui a trouvé Jésus pour de bon a été une expérience qui m’a beaucoup marquée. Après cela, le désir de travailler parmi les musulmans a grandi en moi. 

Depuis cinq ans, tu travailles dans un hôpital chrétien pour femmes dans un pays musulman. N'est-ce pas problématique ?
Non, l’hôpital est toléré depuis plus de 100 ans parce qu'il a la réputation d'être de bonne qualité et d'avoir une gestion honnête. Tant de gens viennent nous voir. Il y a des femmes qui font 20 heures de route parce qu'elles ont entendu dire que Dieu apporte la guérison chez nous. 

Hebamme

Quelle conception d'une naissance les femmes ont-elles là ? 
La conception d’une naissance est très influencée par l'Islam et la tradition, les gens sont superstitieux aussi. Presque toutes les femmes enceintes portent un gri-gri autour de leur ventre. Les yeux des nouveau-nés sont maquillés pour les protéger contre le « mauvais œil ». On leur rase les cheveux. On chuchote la profession de foi islamique à l'oreille d'un bébé : ça doit être la première chose qu'il entend. Pour cette raison, les oreilles des bébés sont parfois bouchées jusqu'à ce qu'ils entendent cette prière, ce qui peut nuire à leur santé. 

Et l'allaitement ? 
Parfois, on empêche les femmes d'allaiter – cela me met en colère, car ce serait tellement important ! Ces enfants sont nourris au lait de vache qui n'a pas été chauffé, souvent à partir de biberons contaminés. C'est ainsi que les enfants continuent de mourir. Ce pays a l'un des taux de mortalité infantile les plus élevés au monde, encore devant des pays africains ou l'Afghanistan. 

Comment gères-tu personnellement de telles pratiques ? 
Tant que les pratiques ne sont pas directement nuisibles, nous prenons soin de ne pas les empêcher de sorte que si quelque chose de mal se produit, nous ne soyons pas rendus responsables. Ce que je trouve personnellement effrayant par exemple, c’est lorsqu'une femme souffle sur sa belle-fille pour la débarrasser des mauvais esprits. Dans une sorte de transe, on cite des versets. Je trouve ces choses effrayantes. 

Le mari est-il présent lors d'une naissance ? 
Absolument pas. Une proche accompagne la future maman pour cette tâche incombant à une femme. Le but et la raison d’être d'une femme sont de plaire à son mari et d'avoir des enfants. Beaucoup se sentent inutiles si elles n'ont pas d'enfants. Ce que je trouve difficile, c'est le manque de compréhension pour le fait que ce n’est pas nécessairement la faute de la femme si elle ne tombe pas enceinte. Même si un enfant handicapé ou une fille naît, c'est la femme qui est tenue pour responsable. 

 

Pakistan_Einblick_web.jpg
Pakistan_Einblick_web.jpg
Pakistan_Einblick_web.jpg

Est-ce que tu te sens plus comme une sage-femme ou une missionnaire ? 
Ni l'un ni l'autre, pour moi les deux sont proches. Surtout parce que nous n'avons pas tout en main au travail et que nous dépendons de Dieu. Nous prions par exemple souvent pour les femmes qui ont fait des fausses couches dans d'autres hôpitaux et qui viennent ensuite chez nous, afin qu'elles donnent naissance à des enfants vivants ici. Nous pouvons donc voir la gloire de Dieu sans faire grand-chose pour cela. L'une de nos médecins, une musulmane, a dit qu'elle ne comprenait pas comment cela pouvait arriver. Nous donnons de l'acide folique à une femme et elle tombe enceinte. C'est Dieu qui fait cela – et la prière nous accompagne chaque jour. 

Vos patients et vos proches perçoivent-ils votre foi chrétienne ? 
Nous prions parfois avec les femmes lorsque nous ressentons ou voyons la souffrance et le désespoir. Ou nous les orientons vers l'équipe de relation d'aide. Celle-ci organise une méditation chaque matin, distribue des traités et visite régulièrement tous les services pour être présente pour les femmes. Lorsque nous prions, nous le faisons toujours clairement au nom de Jésus. 

Une histoire que je trouve impressionnante est celle d'un couple : la femme n'arrivait pas à tomber enceinte pendant longtemps et le couple voulait se suicider ensemble pour cette raison. Or les voisins l'ont appris et les ont encouragés à se rendre dans notre hôpital. Ensuite, la femme est tombée enceinte ! Ils ont également eu des contacts avec des chrétiens. Je ne sais pas quel effet cela a eu sur leur cœur – mais Dieu continue certainement à travailler en secret.  

Merci beaucoup pour cette interview passionnante, Sandra. Nous te souhaitons la bénédiction de Dieu et Sa protection dans ton travail !  

 

EMPLOYÉS NON IDENTIFIÉS 
La SMG propose des emplois avec une protection au niveau de la communication pour des collaborateurs comme Sandra. Ils sont engagés dans des pays où le risque de persécution des chrétiens est accru. Leur identité et leur localisation exacte ne sont pas rendues publiques. La communication avec ces collaborateurs se fait par des canaux neutres, souvent cryptés.  

ENSEMBLE AVEC VOUS, NOUS RENDONS LA MISSION POSSIBLE

La SMG est une organisation chrétienne de mission et d’aide humanitaire qui compte plus de 200 employés dans le monde. En faisant un don à SMG, vous contribuez à ce que des histoires comme celle-ci deviennent réalité. 

Stories

qr_einzahlungsschein

NOUVEAU BULLETIN DE VERSEMENT AVEC CODE QR

Le nouveau bulletin de versement avec code QR viendra bientôt remplacer les bulletins de versement rouges et orange. A partir du 1er octobre 2022, les anciens bulletins de versement ne seront plus ...

LES ENFANTS HANDICAPÉS FONT L’EXPÉRIENCE D’ÊTRE VALORISÉS

Un sentiment d’inutilité, d’impuissance, de honte et souvent les soucis financiers accompagnent les familles qui ont un enfant handicapé. On estime...  
RAPPORT ANNUEL 2021

«ESPOIR COMBLÉ» RAPPORT ANNUEL 2021

Le rapport annuel 2021 est arrivé ! Malgré la crise de Corona et les restrictions qui y sont liées, des personnes ont à nouveau été appelées à la mission en 2021. C’est avec une grande ...