AU CŒUR DE LA CRISE EN HAÏTI

  

Ils travaillent pour les gens de Cité Soleil dans les Caraïbes. Ce qui sonne comme un lieu de vacances est en réalité l'immense bidonville de Port-au-Prince, la capitale d'Haïti, un pays qui souffre depuis longtemps. Jonathan Meyer (agriculteur, 31 ans) et sa femme Flore (enseignante, 27 ans), un couple travaillant pour la SMG, voulaient servir Dieu en Afrique au départ. 

 

Karte Haiti FR

Mais après un premier séjour en Haïti, la conviction s'est imposée que leur place était là, dans un pays que les Meyer perçoivent actuellement comme complètement paralysé. Ces dernières années, la sécurité en Haïti s'est massivement détériorée et la population en souffre. Le fait que l'homme le mieux gardé du pays, le président Jovenel Moïse, ait été assassiné en juillet, les touche encore plus durement. À la mi-août, Haïti a également été secouée par un fort tremblement de terre. 

RECEVOIR DES VISITES AU LIEU DE SORTIR 
Depuis ce jour-là, les Meyer peuvent à peine quitter leur maison. Les visites et les actions dans les bidonvilles sont toujours hors de question pour des raisons de sécurité. La communication reste difficile. Maintenant, ils doivent généralement faire appel aux autochtones pour qu'ils se rendent chez les habitants de Cité Soleil à leur place. Grâce à leurs collaborateurs, de la nourriture a toujours pu être distribuée et même une maison a pu être construite pour une personne âgée. Au lieu d'aller en boîte dans les bidonvilles, certaines personnes viennent maintenant chez les Meyer pour que le contact ne soit pas complètement rompu. « La crise du coronavirus a beaucoup freiné notre travail qui consiste à soutenir les familles à suivre Jésus-Christ », ont-ils déclaré à IDEA par une connexion internet instable. Ils vivent à Port-au-Prince depuis trois ans et ont deux jeunes enfants. Une fois, ils ont dû déménager parce que la violence dans leur quartier avait énormément augmenté. Jusqu'à présent, peu a changé, mais les Meyer ne lâchent rien. 

 

Haiti_Symbolbild_heatherSuggit_unsplash_web.jpg
Haiti_Symbolbild_heatherSuggit_unsplash_web.jpg
Haiti_Symbolbild_heatherSuggit_unsplash_web.jpg

TRAITER AVEC LES BANDES 
Cité Soleil étant divisée en zones dominées par différentes bandes où même la police n'ose pas se rendre, il était indispensable pour les Meyer de connaître les chefs de bande dès le début. Mais, comme le note Jonathan : « C'est un dilemme. D'une part, nous dépendons des chefs de gangs pour notre protection, mais d'autre part, nous ne voulons pas nous allier avec eux. Ce qui est clair pour nous, c'est que nous ne leur payerons pas d'argent pour qu’ils nous protègent ». 

AIDE D'URGENCE SUR LA VOIE DE L'INDÉPENDANCE 
« Nous ne voulons pas rendre les gens dépendants de nous ici. C'est pourquoi nous ne voulions pas distribuer de la nourriture au début de notre engagement », explique Jonathan Meyer. Mais de voir des personnes âgées faibles et affamées a changé leur pratique. Aujourd'hui, l'aide d'urgence fait partie de leur engagement ; ils le font dans le cadre de l'association suisse Iris Port-au-Prince et en collaboration avec la SMG. Leur vision est de soutenir les familles en Haïti afin que les parents puissent s'occuper de leurs enfants. Dans une vision holistique, ils fournissent une aide alimentaire, encouragent les familles à vivre avec Jésus-Christ, contribuent à l'éducation scolaire et aux soins médicaux et organisent des micro-crédits. Au milieu de tous ces engagements, ils veulent toujours pouvoir se prendre du temps pour leurs prochains dans le besoin. 

 

SOLIDARITÉ APRÈS LE TREMBLEMENT DE TERRE 
Des maisons, des écoles, des hôpitaux et des églises se sont effondrés lors du fort séisme du 14 août 2021.  Les effets sont dramatiques. La partie sud de l'île est particulièrement atteinte. Les Meyer sont touchés lorsqu'ils voient les Haïtiens d'une communauté se lever pour leurs frères et sœurs et fournir près de 700 sacs de nourriture pour la zone sinistrée. Le pays est toujours secoué et il est difficile de dire comment les choses vont évoluer. 

 

Infobox Meyer FR

ENSEMBLE AVEC VOUS, NOUS RENDONS LA MISSION POSSIBLE

La SMG est une organisation chrétienne de mission et d’aide humanitaire qui compte plus de 200 employés dans le monde. En faisant un don à SMG, vous contribuez à ce que des histoires comme celle-ci deviennent réalité. 

Stories

une fillette sourde

UNE FILLETTE SOURDE PRIE EN LANGUE DES SIGNES

Les enfants sourds sont souvent exclus de la société et même de leur propre famille, car dans la plupart des cas, les parents ainsi que les frères et sœurs ne parlent pas la langue des signes. ...
Merry Christmas en different langues

COMMENT DIT-ON « JOYEUX NOËL » DANS DIFFERENTES LANGUES ?

Noël est imminent. C'est le moment d'acheter les derniers cadeaux, de décorer le salon et de se mettre dans l'ambiance des fêtes avec des chants de Noël. Pour que vous puissiez vous préparer ...
Enfants à Manille

LES ENFANTS DU BIDONVILLE DE MANILLE APPRENNENT À LIRE

Attention, fiabilité, approbation, encouragements, relations personnelles : de nombreux enfants des bidonvilles de Manille ne reçoivent que rarement ce genre d’affection...